• LE CD ALBUM DES DÉBARQUÉS : TITRE 10

    Avec le dixième titre de cet album nous revenons à l’essence même du métier de marin-pêcheur , de ceux qui pratiquaient la pêche vers Terre Neuve, partant pour de longs mois séparés de leur famille. Les paroles décrivent très bien les ressentis de ces hommes travaillant dans des conditions très pénibles : « Saint Pierre est un pays d’enfer »... cela veut tout dire.

    Un peu en parallèle de la chanson 6  (Jamais, non jamais) on confirme ici la dure réalité du métier de Terre- Neuva. « Les terre-neuvas sont les pêcheurs qui, du XVIe siècle au XXe siècle, partaient chaque année des côtes européennes pour pêcher la morue sur les grands bancs* de Terre-Neuve, au large du Canada, ceci pendant plusieurs mois. ».

    D'où le titre de la chanson 10 :  Ceux qu'ont nommé les bancs

    LE CD ALBUM DES DÉBARQUÉS :  TITRE 10

    (auteur Philippe Buache (1700-1773) — BnF-Gallica, -(FR-BnF 40601899v)- Carte des côtes méridionales de l'isle de Terre Neuve comprenant les Isles Royale et de Sable avec la partie du Grand Banc, où se fait la pêche de la morue / dressée par Philippe Buache et comparée avec le plan de la carte de Mr. Popple en l'an 1733 ; Desbrulins sculp. Domaine public)

    Ces pêcheurs étaient majoritairement français mais également basques espagnols, portugais et anglais. Cette pêche a pris fin à cause de la raréfaction du poisson à la fin du XXe siècle due à la surpêche.

    Cette pêche entraina la colonisation et le développement de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, situé à proximité immédiate des bancs, dont le port de Saint-Pierre servait de port de relâche et d'approvisionnement aux navires de pêche.

    LE CD ALBUM DES DÉBARQUÉS :  TITRE 10

    (La pêche de la morue à Terre-Neuve en 1858, habitations et ateliers- auteur Henry Linton       Le Monde illustré, n°53, domaine public)

     

    Par extension, le nom de Terre-neuvas est aussi donné aux pêcheurs qui ont pratiqué une pêche similaire sur les bancs d'Islande (en Bretagne, ces derniers sont appelés « islandais »). » (Source Wikipédia.)

    Pour celles et ceux que ça intéresse, le site « Mémoire et Patrimoine des Terre-Neuvas » est riche d’informations et de témoignages : https://www.mpterreneuvas.fr/

     La morue** a une histoire qui est donc aussi celle de ces hommes qui affrontaient les flots sur les doris*** pour amener le poisson à une cadence infernale menée par les officiers du bord qui n’étaient pas des tendres. Il fallait ramener de la pêche à tous prix y compris celui de la vie des hommes.

    LE CD ALBUM DES DÉBARQUÉS :  TITRE 10

     (Doris* des bancs, auteurWinslow Homer, Domaine public)

    Pour en revenir à la chanson interprétée par les Débarqués, je note quant à moi, et pour avoir écouté d’autres versions, que celle-ci n’est pas triste et n’appelle pas aux lamentations. Elle trace un témoignage réaliste où la musique apporte même parfois, avec un grain subtil , une note de gaieté, celle d’être encore là pour raconter. A l’évidence l’accord des instruments met en valeur la voix qui distille les paroles rudes exprimant la condition du Terre-Neuva mais sans en exagérer le côté dramatique. Le Oud de Patrick est bien présent tout en laissant une place de choix à l’accordéon de Claude qui entraîne la mélodie avec cet accent populaire qui sied bien au sujet.

     Extrait :

     Patrick Patte

     

    Chanson traditionnelle qui nous parle de ces pêcheurs sur les bancs de Terre Neuve. Ils souffrent pour ramener le plus de morues possible dans des conditions de pêche des plus difficiles et périlleuses. C'est une version assez proche de la chanson "Adieu cher camarade" **** sur le plan musical.

     

    Ceux qu'ont nommé les bancs

    Ceux qu'ont nommé les bancs les ont bien mal nommés

    Ils en font des louanges ils y ont jamais été

    S'ils faisaient une campagne comme nous venons de faire

    Ils diraient que St Pierre c'est un pays d'enfer

    C'est un pays d'enfer

     

    Quand on est en pleine mer pendant la traversée

    On tisse des haussières chacun à son métier

    Le décolleur débourre et le trancheur dégage

    Le saleur écarnache le voilà justement

    Le voilà justement

     

    La traversée finie su'l'banc i faut mouiller

    Deux hommes dans chaque doris la morue faut pêcher

    Quand on arrive à bord si l'on n'est pas chargé

    On vous envoie au diable doris et dorissiers

    Doris et dorissiers

     

    La première pêche finie à St Pierre faut aller

    Débarquer la morue que nous avons péchée

    Les officiers nous disent « Allons dépêchez-vous ! »

    Ceux qui sont aux galères sont plus heureux que nous

    Sont plus heureux que nous

     

    La campagne terminée en France il faut rentrer

    Revoir les jolies filles que nous avons laissées

    Leur raconter les peines c'que nous avons souffert

    Et leur dire que St Pierre c'est un pays d'enfer

    C'est un pays d'enfer

    LE CD ALBUM DES DÉBARQUÉS :  TITRE 10

    (Trois mats goêlette Terre-neuvier de Granville, dessin à l'encre de chine de Jean-Michel Le Clère, Janvier 1990, chanteur et guitariste du groupe)

     

    * Bancs : Les Grands Bancs de Terre-Neuve, ou Grands Bancs, sont un ensemble de plateaux au bord du plateau continental nord-américain. Leur superficie totale est de 282 500 km2. On y trouvait de grandes quantités de nombreuses espèces de poissons dont l'aiglefin, le capelan et surtout la morue de l'Atlantique, qui ont rendu les Grands Bancs célèbres. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Grands_Bancs_de_Terre-Neuve)

    ** Morue ou morlue vient du breton mor (mer) et du vieux français luz (brochet) ; cabillaud est une altération de bacalao, qui en espagnol signifie morue. Cabillaud et morue, c'est donc la même chose. L'usage cependant les distingue ; le premier est un produit frais ou congelé, tandis que la morue est salée et séchée.

    *** Doris : Le doris, bateau à fond plat, a été créé en Amérique et utilisé à l'origine pour faciliter le départ de plage puis pour la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve jusqu'au début du XXe siècle. Leur conception permettait de les empiler pour les stocker sur le pont de la goélette menant la campagne. (plus d’infos sur (https://fr.wikipedia.org/wiki/Doris_(bateau et https://escales.wordpress.com/2013/12/06/portrait-de-bateau-le-doris/ ). Ils sont encore utilisés de nos jours dans « la baie du Mont Saint-Michel ,sur les côtes normandes, ainsi qu'à Saint-Pierre-et-Miquelon pour la pose de lignes, de trémails ou de casiers à homards et à crevettes, mais la grande majorité des doris utilisés le sont pour la plaisance (type voile-aviron)

    **** "Adieu cher camarade" repris notamment par de nombreux interprêtes avec d’autre paroles mais aussi par la Marine Nationale (http://musique-militaire.fr/autres-armees/marine-nationale/adieu-chers-camarades). On n’en trouve de nombreuses versions sur YOUTUBE.

    « LES DÉBARQUÉS : COMMENT SE PROCURER LEUR CD ALBUMLE CD ALBUM DES DÉBARQUÉS : TITRE 11 »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :